Impôts et douanes – Un projet d’externalisation inquiète le syndicat


Des prérogatives ébranlées. Le Syndicat des employés du ministère des Finances (SMMV), regroupant le syndicat des employés des douanes et des impôts, craint que la souveraineté nationale ne soit mise en cause avec un projet d’externalisation de la gestion des impôts et des recettes douanières. « Une externalisation ou une autre forme, peu importe son appellation, concoctée par l’État, pour assurer la gestion externe des recettes fiscales et douanières, touche la souveraineté nationale » lance le Syndicat SMMV lors d’une conférence de presse hier au Plan Anosy.

« Avoir recours au service du secteur privé veut dire que le contrôle des finances publiques échappe à l’État. C’est tout simplement détruire l’administration malgache » poursuit le Syndicat. Les membres déclarent ne pas s’opposer à des projets d’amélioration dans la gestion des finances publiques mais céder leur travail au secteur privé leur est inadmissible. « La mise en place unilatérale de la société Amétis dans le prélèvement des dus de l’État pour les visas en 2018 par exemple ou encore la société Gasy Net au niveau des douanes malgaches depuis des années, nous pose déjà problème, et voila qu’une autre forme de gestion privée vient encore effacer nos compétences. C’est inacceptable » ajoutent des membres du Syndicat.

D’après les explications obtenues, l’État a engagé une Société d’expertise-conseil en développement international basée au Canada pour réaliser les études relatives à ce projet d’externalisation de la gestion des recettes fiscales et douanières.

Ornée de flou

« C’est en étude en effet. Et les résultats de cette étude orienteront le choix stratégique du ministère des Finances à proposer au gouvernement. Les détails de l’externalisation restent inconnus pour le moment. Mais nous préférons prévenir que guérir et c’est pour cela que nous dénonçons ce genre de projet » souligne le Syndicat des employés du ministère des Finances.

Des experts de ce cabinet sont prévus arriver au pays au mois d’octobre selon une source. Ce qui conforte l’élaboration en cours de ce projet d’études d’externalisation. Bien que dénoncée également, la mise en place d’Ametis a été ornée de flou pour beaucoup. Des éclaircissements sur son efficacité et efficience n’ont jamais été apportés. De même que la société Gasy Net, dans son accompagnement de l’administration malgache dans les procédures liées au commerce extérieur, qui se voit obtenir un rallongement d’autorisation d’exercer malgré la fin de son mandat depuis quelques temps.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *