19 – Le vaccin Janssen très prisé


La campagne de vaccination Janssen a connu un fort engouement. Les trois cent deux mille doses offertes par le gouvernement américain à Madagascar pour appuyer la lutte contre la Covid-19, s’arrachent, dans les centres de vaccination. « Nous administrons entre cinqcents et sept cents doses par jour, dans ce vaccinodrome », indique l e médecin inspecteur d’Antananarivo-ville, le Dr Haingo Ramparaoelina, hier, au centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatànana (CHU JRB). Hier à 14 heures, des personnes continuent à arriver, dans ce vaccinodrome du CHU JRB. « J’ai choisi le vaccin Johnson & Johnson, car il est administré une seule fois. Cela me convient, car mon emploi du temps est assez serré. Je n’aurais pas de temps pour une deuxième dose. », indique une femme qui venait de se faire vacciner dans ce vaccinodrome.

Plus de la moitié des doses du vaccin Janssen dont a bénéficié la ville d’Antananarivo, sont déjà épuisées. «Antananarivo a reçu soixante mille doses. Trente cinq-mille-neuf-cent ont été utilisés dans les quinze sites, depuis le 11 août », enchaîne le Dr Haingo Ramparaoelina. Même engouement dans les zones rurales. « Au début de la campagne, les gens ont hésité. Mais maintenant, beaucoup sont persuadés de l’intérêt du vaccin anti-Covid. En tout cas, les gens qui viennent se faire vacciner sont nombreux, depuis l’arrivée du vaccin Janssen. », affirme le Dr René Razafimanantsoa, médecin chef du centre de santé de base (CSB) à Sabotsy Namehana. Les agents communautaires, formés, grâce au soutien technique et financier du projet de l’USAID ACCESS, financé par les EtatsUnis, ont participé à cette hausse du nombre de personnes vaccinées. Ils effectuent du porte-à-porte, pour sensibiliser les gens dans leur communauté, à se faire vacciner. « Les personnes qui refusent le vaccin ne sont plus nombreuses. Ce vaccin est très apprécié », indique Ony Rabearimanana, agent communautaire à Sabotsy Namehana.

La population commence à être convaincue de l’importance de ce vaccin dans la lutte contre la maladie à coronavirus. « Mon mari a déjà reçu les deux doses du Covishield/ Astrazeneca. Pour ma part, c’est maintenant que je suis décidée à me faire vacciner. Cette maladie ne sera pas éliminée d’ici peu. C’est le vaccin qui va me protéger », lance Rakrisy, une femme de 65 ans, vivant à Sabotsy Namehana. Le vaccin anti-Covid ne prévient pas la maladie à coronavirus, il protège contre les formes graves.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *