Air Madagascar : Trois ATR 72 bloqués par les créanciers


L’ATR 72, l’unique avion opérationnel chez Air Madagascar est utilisé par sa filiale Tsaradia pour les vols domestiques.

Un gros handicap pour Air Madagascar. Une grande partie de sa flotte est encore indisponible, alors que la réouverture des frontières qui pourrait être une opportunité de relance sera pour bientôt.

Théoriquement la compagnie aérienne nationale Air Madagascar dispose, entre autres, dans sa flotte de deux ATR 72-500 et deux autres ATR 72-600. Du moins c’est ce qui est indiqué sur le site officiel de la compagnie.

Vols domestiques

En théorie seulement puisque dans la pratique, seul un ATR 72-600 est en état de voler et est utilisé par Tsaradia, la filiale du groupe Air Madagascar assurant les vols domestiques. D’après nos informations, s’ils ne volent pas actuellement c’est que les trois ATR restants sont bloqués par les créanciers d’Air Madagascar. « Avec les difficultés qui s’accumulent ces derniers temps, la compagnie n’est plus capable d’honorer ses obligations vis-à-vis de ses créanciers et fournisseurs », précise notre source. On rappelle que c’était en mars 2015 qu’Air Madagascar avait fait l’acquisition d’une nouvelle flotte d’ATR 72. Un accord était signé en ce temps avec la société irlandaise spécialisée dans le leasing ; Elix Aviation Capital pour une simple location (dry lease) de deux nouveaux ATR 72-600 et renforcer ainsi les deux ATR-500 pour assurer les vols domestiques. Seul un appareil parmi ces quatre est donc actuellement fonctionnel.

Licence d’exploitation

La question qui se pose en tout cas est de savoir si la compagnie arrivera à rétablir sa flotte dans la perspective de la réouverture prochaine des frontières. Air Madagascar n’est pas tout au bout de ses peines. L’on apprend en effet que la licence d’exploitation de la compagnie expirera avant fin décembre. Ce qui pourrait entraîner un nouveau blocage. On rappelle que selon les réglementations de l’Aviation Civile de Madagascar, pour pouvoir opérer normalement, une compagnie aérienne doit disposer d’un Certificat de Transport Aérien (CTA) et d’une licence d’exploitation. Le premier étant nécessaire pour le volet administratif et technique et le second pour les opérations commerciales. Pour ce qui est de la licence d’exploitation qui permet à la compagnie de réaliser des ventes, sa délivrance est soumise à un niveau de capacité financière de la compagnie. Or, en raison notamment de ses montagnes de dettes impayées, la compagnie n’a pas cette capacité financière. D’après notre source, la licence d’exploitation délivrée tous les trois mois est délivrée temporairement à travers une dérogation spéciale sur instruction du ministre chargé des transports. C’est d’ailleurs avec cette licence acquise par dérogation qu’Air Madagascar peut encore réaliser les vols de rapatriement, qui sont réalisés par des avions affrétés auprès d’autres compagnies aériennes. Et ce, en attendant les deux Airbus A-300 dont le sort est également incertain. Quoiqu’il en soit, les observateurs attendent avec impatience la publication du business plan, annoncé depuis déjà un an mais qui ne voit toujours pas le jour. Idem pour la nomination du nouveau Directeur général annoncé en avril dernier, mais qui n’est toujours pas connu.

R.Edmond.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *