Sortie du glossaire destiné aux médias – Midi Madagasikara


Le glossaire a officiellement été remis par Coffi Agossou au président de l’OJM, Gérard Rakotonirina.

Une grande première. Un recueil de mots concernant les questions liées aux migrations de main-d’œuvre, de recrutement équitable pour prévenir les cas de travail forcé ou de traite de personnes, a été officiellement présenté, hier au Carlton Anosy. C’est un outil destiné aux médias et développé par l’Organisation internationale du travail (OIT), en collaboration avec le Réseau des journalistes spécialisés en emploi et travail de Madagascar (RJSET). L’objectif étant de prévenir la traite d’être humains et de travail forcé mais également de protéger les droits des travailleurs migrants contre les pratiques abusives et frauduleuses lors du processus de recrutement. Chaque terme est défini en français et contient son équivalence en malgache. « Ce glossaire permettra aux médias de mieux communiquer sur la migration équitable et de donner des informations justes sur les bénéfices et les risques que peuvent prendre les femmes en décidant d’immigrer. C’est juste un guide et des terminologies pour les journalistes », a expliqué Coffi Agossou, directeur du bureau de Pays de l’OIT pour Madagascar, Comores, Maurice et Seychelles.

Informations. Madagascar a enregistré une croissance significative des mouvements migratoires depuis les années 1990 vers les pays du Moyen-Orient et du Koweït. 81% des visas vers les pays arabes sont destinés aux femmes, rapporte le consultant de l’OIT, Jerry Edouard. Il a cependant indiqué dans sa présentation que la situation est peu documentée et peu présente dans le débat public, quand bien même la presse locale rapporte régulièrement les cas d’abus et d’exploitation, l’approche ne contribue pas efficacement à l’adoption de mesure pérenne et efficace. Le président de l’Ordre des journalistes de Madagascar (OJM), Gérard Rakotonirina quant à lui, a tenu à préciser que les journalistes sont encore confrontés à des obstacles dans leurs investigations. « Les informations sont encore verrouillées, ce qui ne leur permet pas d’approfondir les thématiques autour de la migration », déplore-t-il.

Narindra Rakotobe





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *