Lutte contre les feux de brousse : Création d’un centre national (…)


Les résultats de l’atelier mené par plus de 50 organisations pour faire face au fléau des feux de brousse ont été présentés hier, moins de 24 heures après l’incendie spectaculaire du parc national d’Ankarafantsika. L’Agora des paysages et des forêts de Madagascar (Alamino) et le ministère de l’Environnement et du développement durable suggèrent ainsi des mesures pour lutter contre les feux de brousse qui se déclinent en quatre axes.

La création d’un centre national anti-feux qui coordonnera les actions de prévention et de lutte contre les feux de brousse a été proposée. Sa mise en place impliquera la relance des comités permanents en particulier dans les zones où la situation des feux est critique, comme dans le Moyen-Ouest par exemple. La mobilisation des forces de l’ordre pour appuyer la surveillance et l’extinction des feux et pour assurer le respect de la loi et la sécurité des agents impliqués dans cette lutte est également envisagée.

L’instauration d’une journée nationale de lutte contre les feux de brousse figure parmi ses mesures. Cette journée dédiée sera consacrée aux actions locales de prévention des sites de reboisement et des forêts. Les campagnes de sensibilisation devront ciblées les communautés rurales, la population urbaine, les usagers des transports et les leaders spirituels.

Surveiller et signaler les feux en renforçant la surveillance des feux au sol avec l’instauration des patrouilles et tours de guet font également partie des mesures à prendre. Le but est ici d’identifier les feux illégaux / à risque et les signaler, en renforçant la surveillance des feux par images satellite pour signaler les feux et comprendre leur évolution par région, et en testant la surveillance des feux par drone sur un site pilote. La mise en place de pare-feu performants, notamment autour des parcs nationaux et sites de reboisement est aussi envisagée pour contenir les feux.

Lors de l’incendie du parc national d’Ankarafantsika, le manque moyens s’est fait cruellement ressentir malgré les efforts humains complètement dérisoires face à l’ampleur et la violence du désastre. Le constat est amer mais la réalité à ce jour démontre le manque d’organisation et d’équipements pour lutter contre les feux de brousse notamment dans les aires protégées.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *