Réhabilitation de la RN6 – Bientôt la fin du calvaire sur l’axe Ambaja-Antsiranana


L’État s’attaque à la réhabilitation de la Route nationale numéro 6 (RN6). Le premier coup de pelle des travaux a été donné, hier, en présence d’une forte délégation de l’Exécutif, conduite par le président de la République.

Cette journée est à marquer d’une pierre blanche. Ce sont les premiers mots de Andry Rajoelina, président de la République, durant la cérémonie de lancement des travaux de réhabilitation de la Route nationale numéro 6 (RN6), à Antsiranana, hier.

Dans les faits, le chef de l’État a, effectivement, marqué d’une pierre blanche l’événement, puisqu’il a dévoilé la stèle inaugurale, blanche, donnant officiellement le coup d’envoi du chantier. Les engins qui seront mis à contribution dans les travaux de réhabilitation de la RN6 ont poussé leurs premiers hurlements, hier. Selon le locataire d’Iavoloha, le calvaire des usagers de cette route ne sera, bientôt, plus qu’un mauvais souvenir.

Voilà près de quatre ans que le projet de rénovation de la RN6 a été déclenché. Seulement, entre atermoiement et revirements politiques, le dossier a traîné. Aujourd’hui, le chantier démarre bel et bien donc. Le contrat avec la société COLAS qui se chargera des travaux aurait été signé en juin, selon les indiscrétions. Reliant Ambanja à Antsiranana, la réhabilitation de la RN6 est financée, d’une part, par un don de l’Union européenne (UE), de 115 mil­lions d’euros et, d’autre part, par un prêt de la Banque européenne d’investissement (BEI), d’un montant de 120 millions d’euros.

Long de 233 kilomètres, la réhabilitation totale de la RN6 coûtera donc 235 mil­lions d’euros.

Velirano numéro 11

Dans son allocution, hier, le président de la Rajoelina a souligné le fait que l’aboutissement du dossier est effectif grâce à un suivi quotidien et acharné du Premier ministre Christian Ntsay.

Le locataire de Mahazoa­rivo est, au passage, originaire d’Antsiranana. Dithyram­bique, Giovanni Di Girolamo, ambassadeur de l’UE, affirme, pour sa part, que la RN6 est une fois réhabilité, une œuvre importante de génie civil pour rendre la route plus sûre et plus résistante.

Selon les explications de Jerry Hatrefindrazana, ministre des Travaux publics, la RN6 comprendra cent trente-et-un ouvrages d’arts et deux cent quatre-vingt sept ouvrages hydrauliques. Tous les orateurs, hier, s’accordent sur le fait que la réhabilitation de la route reliant Ambanja et Antsiranana aura un impact concret et durable sur la vie de la population et l’économie régionale. Rien que la durée du trajet sera considérablement réduite.

Une fois la RN6 refaite, faire le voyage sur route vers Antsiranana et ses multiples attraits touristiques et atouts économiques, devrait donc être une partie de plaisir. Durant les prises de parole, hier, la portée politique du projet a été, par ailleurs, soulignée. La concrétisation de ce projet illustre notre volonté de concrétiser les aspirations de développement de la partie Nord de la Grande île, ainsi que nos ambitions d’émergence pour Madagascar, note le président de la République.

Le coup d’envoi des travaux sur la RN6 est mis en avant comme un exemple de la concrétisation du Velirano numéro 11 de Andry Rajoelina. Dans cette rubrique, le chef de l’État s’engage à moderniser Madagascar. Une modernisation du pays qui passe, notamment, par la rénovation des infrastructures routières. Le locataire d’Iavoloha a, du reste, ajouté que l’aboutissement du dossier sur la RN6 démontre, le succès de la coopération, entre les organisations internationales telles que l’UE et Madagascar.

À entendre le Président, la réhabilitation de la RN6 devrait, par ailleurs, être un exemple de ce qu’il entend par un travail vite fait, mais bien fait. Une consigne qu’il a signifiée aux responsables de la société COLAS, hier. Travaillez vite. Travaillez bien, lance-t-il alors. La cérémonie donnant le coup d’envoi à la réhabilitation de route reliant Ambanja et Antsiranana a, du reste, été une nouvelle occasion pour le chef de l’État de tacler ses détracteurs Laissons parler les médisants. Ils ne nous arrêteront pas. Nous allons apporter le développement à ce pays, assène Andry Rajoelina.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *