Sport automobile – Vmsport ouvre ses portes aux néophytes


Vmsport a organisé une journée de découverte, samedi à Ambohinome. Histoire de partager leurs expériences et de transmettre les bases de la conduite sportive.

Les jeunes passionnés de sport automobile se posent souvent la question suivante : « Par où commencer si l’on souhaite se lancer dans la compétition  ? » Ce qui amène deux autres interrogations : « Comment assimiler les bases de la conduite sportive ? » et « Où trouver une voiture ? ». Vmsport vient d’y apporter les solutions adéquates. Les fondateurs de cette structure ont ainsi organisé une journée de découverte, samedi, sur le circuit d’Ambohinome (ndlr : derrière la piste d’Ivato). Avec deux objectifs principaux : « partager leurs acquis et leurs expériences ».

Attention, il ne s’agissait pas d’un stage à part entière. Vmsport n’a, en aucun cas, le but de devenir une école de pilotage. « Nous insistons sur l’esprit de partage », martèlent les initiateurs de la session, au nombre de trois. Ils ont pris en charge dix néophytes qui ont évolué aux commandes de deux Peugeot 505.

Position et trajectoire

Le contenu de la séance était divisé en plusieurs en volets. Primo, la position de conduite. Comment ajuster sa position par rapport à sa taille, afin d’appuyer de manière optimale sur les pédales et de se caler sur le repose-pied ? Comment ajuster son baquet pour bien ressentir les réactions de la voiture au niveau des reins, afin d’adapter sa conduite au comportement du véhicule ? Et comment gérer toutes les commandes de la machine ?

Les néophytes ont rapidement haussé de rythme au volant.

Secundo, la trajectoire et les virages. Comment freiner ? Comment placer la voiture en courbe ? Et comment ré-accélérer ?

Et tertio, le regard. Comme on dit, la voiture va là où le pilote regarde. Une fois ces étapes passées en revue, les participants étaient en mesure de boucler un tour sur le circuit. Très réceptifs, ils ont rapidement assimilé les bases. Très appliqués, ils ont rapidement haussé de rythme au volant.

Propulsion ou traction

Certains ont même décidé de se lancer dans le grain bain dans la foulée. « Quelques-uns sont en discussion pour participer à une ou quelques manches de slalom, à bord d’une machine de Vmsport », nous confie un des initiateurs de la session.

La structure Vmsport propose plusieurs machines en location. Il est possible de choisir entre deux Peugeot 505 et une Peugeot 504, des propulsions donc. Une Peugeot 206 est également à disposition, pour ceux qui préfèrent les tractions. « La personne doit juste apporter ses équipements : casque, gants, combinaisons et bottines. Elle doit aussi obtenir sa licence auprès de la Fédération. Nous nous occupons du reste », précise-t-on auprès de Vmsport. Cette formule répond à la troisième et dernière question que l’on avait soulignée au début, à savoir « où trouver une voiture ? »

Mobilisation de la gent féminine

Vmsport se félicite particulièrement de la présence massive de la gent féminine, samedi.  Sur les dix participants, quatre étaient des dames. Elles ont réitéré leur souhait de renouveler l’expérience, si l’opportunité vient à se représenter. Elles seront certainement présentes pour la deuxième édition, qui se profile déjà à l’horizon.

La séance s’est déroulée sur un site sécurisé et bien encadré.

Inconditionnels de la marque Peugeot

On avait découvert Vmsport en slalom, il y a quelques années. Depuis, la structure a pris du galon. Elle était notamment présente durant le Rallye International de Madagascar en 2020. Deux des principaux initiateurs du projet, Sanjy Rajaonarivelo et Tito Rabary, avaient roulé sur une Peugeot 504. Ce modèle tient une place particulière chez Vmsport. « Les années de sortie de la Peugeot 504 correspondent à mon adolescence et donc à mes premières ‘pointes’ au volant de notre 504 familiale. C’est une grande histoire d’amour entre elle et moi », confie Sanjy. « C’est une véritable fierté de pouvoir encore courir sur ce type de machine, avec laquelle les Jean Todt, Alain Ambrosino et Hannu Mikkola ont couru des rallyes en Afrique à une époque, mais aussi les Ramanantsoa, Joda, Tsamy, Bache,Bebe, Rapa Tonnerre, Éric Rajaonary, Davonjy, Roi Lion, Marc, Fidy Anjeva, Tahirisoa, Rakotondrabesa etc., sur nos pistes », renchérit-il.

Les jeunes néophytes ont notamment découvert la conduite sportive d’une propulsion.

Une deuxième édition en gestation

Le bilan est positif sur toute la ligne après la journée de découverte de samedi. À tel point que Vmsport pense d’ores et déjà à la deuxième édition. Quand et où ? La date et le lieu seront déter­minés prochainement. Ce que l’on sait pour l’instant, c’est qu’il y aura deux groupes. D’un côté, les novices qui prendront le volant pour la première fois et qui assimileront les bases. De l’autre, les pilotes avancés, qui entreront plus en détail sur la conduite sportive. Une chose est sûre, ce genre d’initiatives constitue un nouveau vivier de talents dans le monde du sport automobile.

L’ajustement de la position de conduite, un des volets abordés durant la session.

Sanjy Rajaonarivelo – « Démocratiser le sport automobile »

Pourquoi avoir organisé cette session découverte ?

Le monde du sport automobile a toujours été considéré comme sectaire et fermé. L’initiative Vmsport a pour objectif de changer cette perception. D’où cette journée d’initiation, pour essayer de démocratiser le sport automobile. Les dix participants de cette première édition se sont déclarés très satisfaits de notre initiative. Ils ont pu se mettre au volant d’une véritable voiture de compétition, sur un circuit fermé et sécurisé.

Parlez-nous du contenu de la journée.

Il ne s’agissait aucunement d’une compétition, encore moins d’un stage de pilotage. L’évènement était davantage axé sur le partage. Les participants ont ainsi pu s’exprimer au volant d’une voiture de compétition, avec ce que cela comporte comme dispositifs de sécurité. La session s’est déroulée sur un terrain plat, délimité par des plots et des piquets et en présence d’une équipe médicale.

Sanjy Rajaonarivelo, un des fondateurs de Vmsport.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *