Relations extérieurs – Une diplomatie économique à instaurer


La diplomatie comme outil de développement. Tel devrait être le fil directeur de l’événement qui se tiendra au ministère des Affaires étrangères, vendredi.

Un e-mail partagé, hier, convie la presse pour la couverture médiatique d’une «rencontre diplomatique». Selon cette missive électronique, Patrick Rajoelina, ministre des Affaires étrangères, «exposera les grandes orientations de la diplomatie malgache». Selon les informations, l’ensemble du corps diplomatique, ainsi que les membres du gouvernement seront présents au rendez-vous. Ceux qui officient dans les représentations malgaches, à l’extérieur, y assisteront par visioconférence.

Contacté, le chef de la diplomatie malgache a fait un teasing du scénario qui se jouera, vendredi, au siège de son département. «Je souhaite organiser cette rencontre diplomatique pour, d’une part, rassembler la communauté diplomatique présente à Madagascar et me présenter à eux. Et, d’autre part, présenter les grands axes de la politique diplomatique de notre pays, tels qu’ils m’ont été assignés par le président de la République», explique Patrick Rajoelina.

Sur sa lancée, le ministre des Affaires étrangères ajoute qu’il évoquera devant l’assistance «la diplomatie économique comme outil de notre développement, le rayonnement de Madagascar à l’etranger, la politique destinée à notre diaspora et la lutte contre la corruption qui est une instruction qui nous a été donnée par le président de la République lors de notre premier conseil des ministres, le 15 août».

Rôle majeur

Le chef de la diplomatie malgache a déjà évoqué ces quatre points lors de la cérémonie de passation de service avec son prédécesseur, le 19 août. Ce jour-là, Patrick Rajoelina a alors mis en avant l’objectif d’avoir «une diplomatie conquérante et ambitieuse».

Lors de sa prise de fonction, le ministre des Affaires étrangères a mis l’accent sur le fait que son département se devait de jouer un rôle majeur dans l’engagement du président de la Républi­que de rattraper le retard de développement du pays. « Une diplomatie malgache conquérante doit en être l’instrument privilégié », a-t-il ainsi déclaré. Les quatre axes de la politique diplomatique dont les grandes lignes ont été évoqués précédemment seront donc les armes pour y parvenir.

Vendredi, Patrick Rajoe­lina devrait donc détailler en long et en large la politique diplomatique étatique, basée sur ces quatre grands axes dont-il a fait le teasing durant l’entretien d’hier et qu’il a déjà soulevée lors de sa prise de fonction. Un challenge que s’est fixé le ministre des Affaires étrangères est de «faire étinceler la marque Madagascar». Il devrait expliquer comment il compte procéder durant la rencontre diplomatique.

À s’en tenir aux propos du chef de la diplomatie malgache durant son entrée en scène et durant l’échange d’hier, concrétiser la diplomatie économique et le rayonnement international de Madagascar sont dans la liste de ses priorités. La diplomatie malgache souffre, toutefois, de quelques points faibles.

Le déficit d’effectif dans les rangs des diplomates, l’insuffisance de budget et un faible maillage de la carte diplomatique mondiale sont autant de lacunes à redresser. Patrick Rajoelina donnera, certainement, sa stratégie pour contourner ces failles durant la rencontre diplomatique. Rendez-vous vendredi.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *