Inauguration du stade Barea – Effervescence populaire à Mahamasina


Grande foule samedi lors de l’inauguration du stade Barea à Mahamasina. Un événement historique fêté comme il se doit.

Histori­que. Depuis samedi Madagas­car est doté d’un stade qui répond aux standards internationaux. Après un an et neuf mois de travaux, le stade Barea Mahamasina a été livré par l’entreprise chinoise, maître d’œuvre à l’État.

Ainsi pour le symbole, la clef du stade Barea a été remise par un responsable de l’entreprise chinoise à Andry Rajoelina, président de la République. Mais le chef de l’État s’est empressé de déclarer que c’est un stade pour tout le peuple malgache en général, pour les Barea en particulier.

« Nous écrivons l’histoire aujourd’hui. Mahamasina qui est un site plein d’histoire prend un nouveau chemin avec cette inauguration. Auparavant il y avait le palais de la reine mais désormais il y a le stade Barea, le stade du peuple. Il sera le stade du rassemblement, de la solidarité des Malgaches. Si j’avais un vœu à faire aujourd’hui, ce serait de voir les Malgaches se soutenir, s’entraider pour le développement » a-t-il affirmé. Andry Rajoelina a ensuite recommandé à tous de prendre soin de ce bel ouvrage et de le préserver.

Eh oui, le stade est un véritable bijou comme on ne l’a jamais imaginé. Jusqu’ici la référence était le palais des sports construit il y a vingt-quatre ans mais le stade Barea est mille fois plus beau.

« Je n’ai jamais mis les pieds dans un stade à l’étranger mais je crois que le stade Barea n’a rien à envier aux grands stades du monde », constate Benaivo, descendu de sa place dans les gradins pour se désaltérer dans une échoppe du stade et qui s’est retrou­vé à l’opposé de sa place au retour. « C’est très beau, j’aurai payé mon ticket même s’il n’y avait rien ici. Le stade en lui même vaut toutes les visites », renchérit Nathalie, venue avec une invitation remise par une amie.

« Venir ici c’est comme aller au cinéma avec l’ambiance en plus. Je ne raterai aucun match des Barea tellement rien que le décor incite à venir », promet Claudio.

Cerise sur le gâteau

« C’est incroyable, en 1980 j’avais assisté à un entraînement et à un match du Club M. La pelouse était dans un état exécrable. Je me suis demandé à l’époque si je serais encore en vie quand cette pelouse serait transformée en billard. Je n’en crois pas mes yeux aujourd’hui » révèle Sabin, un sexagénaire fervent supporter de l’équipe nationale depuis toujours.

Outre le stade, le public avait également droit à un spectacle gratuit animé par les plus grands artistes du moment comme Jaojoby, Jerry Marcos, Stephanie, Tence Mena, Jazz MMC… Le public ne s’est pas prier pour reprendre en chœur les tubes en vogue du moment. Et cerise sur le gâteau, des cadeaux ont été offerts au public suivant le choix d’un drone dont la caméra balaie les spectateurs et s’arrête sur le gagnant. Des motos, des écrans plats, un an de facture de la Jirama… figuraient parmi les principaux gros lots.

Bien évidemment un superbe feu d’artifice a clôturé la soirée plongeant les spectateurs dans une véritable transe. Une fête comme on n’en a jamais vue même lors de la fête nationale. Les gens ont presque oublié la défaite des Barea face au Bénin.

À preuve, les joueurs qui ont fait une incursion au stade avant leur départ pour Dar es Salam dans la soirée, ont été chaudement applaudis par les spectateurs. L’équipe réserve a disputé et gagné un petit match amical contre le CFFA Andoharanofotsy, détenteur de la coupe de Madagascar.

Le public a quitté le stade ivre de bonheur et ne se souciait guère de l’absence de transport en commun pour rentrer. Il venait de vivre des instants magiques que seul le foot peut en procurer.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *