Mondial 2022 : Pile Barea, face Barea


Les Barea entament un nouveau départ ce soir face aux Écureuils du Bénin. C’est le premier match des éliminatoires du Mondial 2022.

Nouveau coach, nouveau stade, nouvelle victoire. C’est l’attente de tout un peuple ce soir où les Barea vont jouer leur premier match des éliminatoires de la coupe du monde 2022 face aux Écureuils du Bénin.

Difficile de vaticiner l’issue de ce match entre deux équipes qui présentent beaucoup de similitudes. Mada­gascar comme le Bénin ont disputé la phase finale de la Can 2019 en Égypte mais n’ont pas réussi à se qualifier pour la Can 2021 au Cameroun. Ils ont un nouvel entraîneur après leur élimination. Ils n’ont aucun match de préparation dans les jambes. Éric Rabesandra­tana comme Michel Dussuyer n’ont pas eu le temps de voir leurs joueurs à l’œuvre. Pire, ils n’ont eu que deux jours pour préparer ce match.

Quel changement doit-on attendre des Barea sauce Rabe par rapport à leur devancier incapable de gagner un point en quatre matches lors des éliminatoires de la Can 2021? Le nouvel entraîneur des Barea a néanmoins apporté un nouveau management depuis sa prise de fonction lors d’un premier regroupement. Plus de discipline, plus de professionnalisme, plus de sérieux. S’il n’a pas vraiment opéré un spoil system au niveau effectif n’écartant que Bolida et William Gros parmi l’ossature de Nicolas Dupuis, il a tout changé dans la méthode de travail introduisant la séance vidéo, le foncier…

Problèmes manifestes

Il n’a pas eu l’occasion de voir l’effet que cela fait dans des conditions réelles d’un match. C’est donc ce soir qu’il va le découvrir en même temps que le public. Mais déjà il doit résoudre certains problèmes constatés lors des derniers matches des Barea en l’occurrence un manque de réalisme chronique( un seul but en quatre matches), une petite condition physique( beaucoup de joueurs sont sans club ou n’ont pas encore débuté la saison), des difficultés de possession, une animation offensive poussive, une fébrilité du gardien Éric Rabe a rappelé Dafe cinq ans après sa dernière sélection. On ignore s’il va l’aligner dans l’entre jeu aux côtés de Rayan Raveloson pour gagner la bataille du milieu. C’est un tandem qui peut faire mal. En tout cas,

Éric Rabe doit faire mieux que son prédécesseur et il le sait. Il doit ainsi apporter son style et surtout avoir de l’audace en tentant quelque chose. « J’ai envie de gagner ce match, les joueurs ont envie de gagner ce match » a-t-il déclaré en conférence de presse, hier. Il va sans dire que toute la population espère que les Barea l’emportent et veut revivre la fièvre de 2019. Qu’importe la suite de la compétition, l’important c’est de pouvoir vivre pleinement et à fond chaque victoire.

Ils ne seront que dix mille privilégiés à pouvoir supporter les Barea dans une enceinte superbe qu’est devenu le vieux stade de Mahamasina, un monstre hideux transformé en un écrin aujourd’hui mais c’est vingt cinq millions d’inconditionnels qui vibreront à l’unisson avec les joueurs pendant quatre vingt-dix minutes. Barea à la vie, à la mort.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *