L’abandon d’enfants en recrudescence – Midi Madagasikara


Le responsable famille et enfance auprès du MPPSPF à Antsiranana sollicite les responsables à mettre en place un centre pour la prise en charge intégrée des enfants victimes de violences.

Les associations ainsi que les organismes œuvrant dans le domaine de la protection des enfants qui subissent des maltraitances à Antsiranana sont dans l’impasse. En effet, les cas d’abandon et de négligence d’enfants ont connu une hausse. Pourtant, les structures d’accueil sur place n’arrivent pas à satisfaire toutes les demandes, faute de place. Cette situation a été amplifiée par la pandémie, d’après le responsable famille et enfance auprès du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (MPPSPF), Abou Bakar. « Les cas enregistrés ont connu une hausse de 5% depuis le début de la pandémie. 456 cas de violences ont été répertoriés au cours de cette année, dont les deux tiers concernent l’abandon et la négligence », a-t-il souligné.

Plusieurs facteurs. La séparation des parents figure parmi les causes qui sont à l’origine de ce fléau. Les enfants abandonnés sont livrés à eux-mêmes. Pour la plupart des cas, leur famille d’accueil ne dispose pas de moyens pour leur scolarisation, ce qui contraint ces enfants à travailler dès leur plus jeune âge. « Comme solution, nous avons déjà mené des sensibilisations à l’endroit de leurs parents. Nous avons également mis en place une école des parents mais le projet n’a pas pu être pérennisé », se désole Abou Bakar. Pour la prise en charge de la violence sous toutes ses formes, ce responsable sollicite les responsables concernés pour mettre en place une structure pérenne comme le « centre Vonjy » soutenu par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Narindra Rakotobe





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *