Une situation sanitaire encore fragile – Midi Madagasikara


Sur le pays semble souffler un vent de liberté que ses habitants n’avaient pas retrouvé depuis bien longtemps. Le carcan sanitaire imposé par l’épidémie de Covid-19 s’est desserré et les citoyens paraissent s’en donner à cœur joie, et retrouvent leurs anciennes habitudes. Ils sont nombreux à faire fi des recommandations de prudence des autorités sanitaires et ils se réunissent pour faire la fête, sur les lieux de villégiature, ou dans les stades. Mais on ne peut pas éviter de ressentir de l’ appréhension quand on pense à la possible contamination du variant Delta qui est peut-être tapi dans l’ombre et qui peut se répandre très vite.

Une situation sanitaire encore fragile

Les autorités n’ont pas ce ton alarmant qu’elles ont adopté durant l’explosion de l’épidémie. Elles suivent certainement de près l’évolution de la situation et elles paraissent signifier que la situation est relativement maîtrisée. Les bilans officiels confortent la population dans cette assurance affichée par les canaux officiels de communication. Une partie des Malgaches a commencé à abandonner cette vigilance pourtant nécessaire. Il n’est pas rare de voir des gens se promener sans masque et ne pas respecter la distanciation sociale. Les férus de rugby ont totalement oublié qu’il existe encore une épée de Damoclès suspendue au-dessus de leur tête. La foule qui a retrouvé la joie des matchs au stade Maki semble totalement inconsciente et ne boude pas son plaisir. Aucune interdiction n’est faite à ces centaines de spectateurs qui se bousculent dans les travées du stade. Il en est de même des nombreux vacanciers qui sont à Majunga,Tamatave ou Foulpointe. Les plages y sont noires de monde. On serait tenté de dire que tous ces plaisanciers sont à l’air libre, mais il est nécessaire de les rappeler à l’ordre et de leur demander de faire preuve d’un minimum de prudence. Madagascar a échappé à la vague de contaminations constatée dans de nombreux pays, mais la situation actuelle est fragile et il ne faut pas la laisser se détériorer par manque de vigilance.

Patrice RABE





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *