Région Vatovavy : Démarrage délicat – Midi Madagasikara


Après l’officialisation, le 11 août dernier au palais d’État d’Iavoloha, de la création de la région Vatovavy, l’heure est désormais à l’autre phase de matérialisation de cette promesse présidentielle, à savoir la nomination d’un gouverneur, la mise en place des structures nécessaires et le démarrage du programme de développement régional. Une séquence qui s’annonce cruciale dans la mesure où, jusqu’ici, la mise en place de la 23ème région de l’île n’a pas été un long fleuve tranquille.

À remarquer en effet que le nouveau découpage territorial qu’a imposé la scission en deux de la région Vatovavy Fitovinany avait donné lieu à des réactions divergentes, parfois même virulentes, de la part des acteurs de premier plan issus de cette partie de Madagascar, connue pour son fort attachement aux héritages culturels séculaires. Et, nonobstant le fait que le processus ait pu aller jusqu’à son terme, certains n’ont pas encore digéré leurs frustrations. Raison pour laquelle bon nombre d’observateurs estiment que la structuration de l’appareil de gouvernance régionale et la ligne suivie pour les différentes nominations à venir doivent se faire avec une bonne dose d’objectivité.

Valeur. Pour rappel, le vice-président du Sénat chargé des provinces du Sud, Nicolas Rabemananjara, avait réuni les notables ainsi que les élus de cette région le 14 juin dernier pour se concerter sur la « cause Vatovavy ». Et il n’avait pas manqué à cette occasion de souligner que « la future région a grand besoin d’hommes et de femmes de valeur, pour apporter dans un esprit de consensus un réel développement depuis la base ».

Solidarité. Un notable de la région soutient pour sa part que les choix qui vont s’imposer devraient être dictés, non pas par les différentes pressions politiciennes, mais par la nécessité de mettre la nouvelle région sur les rails dans de bonnes conditions afin que les ambitions affichées pour acter son développement ne soient pas annihilées dès le départ. Aussi, la priorité sera de garantir la paix et la sécurité dans un esprit de solidarité régionale… Un objectif qui impose par ailleurs à celui qui gouvernera la région la capacité d’assurer la discipline sociale.

Rassembleur. Et notre interlocuteur d’être plus précis sur le profil qu’il juge le plus pertinent pour diriger la région : « Un homme disposant d’un statut de rassembleur, natif et ayant passé au moins une partie de son enfance et de sa jeunesse dans la région, qui connaît bien les opportunités mais surtout les problèmes des districts, de Nosy Varika à Mananjary en passant par Ifanadiana. Un leader, maîtrisant parfaitement les us et coutumes de la région, qui ne va pas encore passer par la case apprentissage (« olona tsy mbola hiana-draharaha »), et s’étant préparé de longue date à assumer cette responsabilité avec l’assentiment des notables, des associations et des forces vives locales. »

D’après un membre éminent du collectif des cadres du Vatovavy, ce profil s’arrime bien aux attentes de son groupement et à celles du grand nombre. Avant d’ajouter que quels que soient les critères de préférence qui prendront le dessus, l’important est que la région puisse entamer l’écriture d’une nouvelle page de son histoire dans la sérénité, en ne tournant pas le dos aux traditions, à l’instar de la place prépondérante que tient le patriarcat dans la société locale.

Rija R.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *