La ville de Toamasina sous l’eau


Des quartiers de Toamasina se trouvaient sous l’eau, ce weekend. Les canaux d’évacuation sont bouchés dans plusieurs quartiers.

Enième montée des eaux à Toama­sina. Cinq ménages dans les bas quartiers de la ville portuaire, ont été contraints d’abandonner leur foyer, ce weekend. Leurs maisons se trouvaient sous l’eau. « La pluie ne cessait de tomber la nuit du vendredi et pendant la journée du samedi. L’eau est vite montée dans les bas quartiers. Les sinistrés ont été hébergés par leurs proches, il n’y a pas de site d’hébergement », indique une source auprès des sapeurs-pompiers à Toamasina.

Les eaux prennent du temps à se tarir à Tanambao II, à Tanambao V, à Ampasi­mazava, à Ambolomadinika et à Mangarano, les quartiers les plus touchés par cette inondation. Hier, le niveau de l’eau arrivait, encore, au niveau des genoux, dans quelques endroits. « Le soleil n’est pas au rendez-vous, jusqu’ici », rajoute la source, pour expliquer cette stagnation d’eau.

En réalité, l a ville de Toamasina est touchée par un problème plus grave. Ses réseaux d’évacuation sont bouchés, retardant la diminution du niveau des eaux. Des déchets obstruent les canaux. Par ailleurs, plusieurs maisons et clôtures sont construites sur des canaux d’évacuation dans cette ville.

Démolitions inévitables

Lors de la descente effectuée par les autorités locales, ce dimanche, au moins quatre constructions illicites ont été détectées dans ces quartiers inondés. Elles sont construites sur des canaux d’évacuation. Les visites se poursuivront, ce jour, pour détecter ces constructions illicites et pour sensibiliser la population à lutter contre l’obstruction des canaux.

Une source locale affirme que la commune urbaine de Toamasina procédera aux démolitions de ces infrastructures illicites. « Chacun de nous peut contribuer à la prévention de la montée des eaux. La commune peut déboucher les canaux, nous allons les curer, lorsque le niveau de l’eau baissera. Et nous allons utiliser des motopompes pour drainer l’eau », lance le magistrat de la ville de Toa­masina, Nantenaina. Ce ne sont que des solutions à court terme.

Pour prévenir la montée des eaux, à long terme, le maire de la commune urbaine de Toamasina informe la population que toute construction nécessite un permis de construire, délivré par la commune, et propose aux chefs fokontany de signaler l’existence de construction illicite sur des canaux d’évacuation. Il incite la population à ne pas jeter les ordures partout.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *